The premier destination for premium listings. Submit Your Listing Now »

Radiotélescope d’Arecibo 0 5 0 0

Radiotélescope d’Arecibo

    • Notation
    • - Pas encore noté
  • 6085Vues
0

Le radiotélescope d’Arecibo se situe sur l’île de Porto Rico, au sein du National Astronomy and Ionosphere Center, l’un des observatoires radioastronomiques les plus importants. Sous la direction de l’université Cornell, ce radiotélescope est utilisé pour collecter les données radioastronomiques, d’aérodynamie terrestre et des données radar planétaires pour les scientifiques du monde entier.

Le radiotélescope d’Arecibo, une structure géante
Le radiotélescope d’Arecibo est l’un des plus grands télescopes simples au monde. Le principe d’un radiotélescope est la captation des ondes radioélectriques émises par les astres. Celui-ci observe principalement les objets stellaires, donc les étoiles.
Son antenne principale mesure 350 mètres de diamètre : la plus grande antenne convergente incurvée existante. Cette antenne sphérique, en raison de sa taille, possède la plus grande capacité de collecte des ondes électromagnétiques. Elle se compose de près de 39 000 panneaux d’aluminium de 1 mètre sur 2 chacun. L’antenne est fixe, un récepteur secondaire est situé au-dessus de la sphère, suspendu sur une sorte de pont et reçoit les signaux qui se reflètent de la surface de l’antenne.
Sa situation géographique, proche de l’équateur, permet d’observer les planètes du système solaire sur la moitié de la période de leur orbite : une situation privilégiée.

Le radiotélescope d’Arecibo, de sa conception à aujourd’hui
C’est à l’initiative de l’université Cornell (avec la coopération de la National Science Foundation) que commence en 1960 la construction du radiotélescope d’Arecibo. Au départ, il devait être utilisé pour observer l’ionosphère de la Terre, autrement dit son atmosphère supérieure. Son fonctionnement devait donc être limité, avec une structure fixe. Finalement, les travaux s’orientent vers la construction d’un appareil capable de viser différents endroits du ciel sur une période longue et en prenant en compte la rotation de notre planète. La construction s’achève fin novembre 1963. Par la suite, la structure est modifiée plusieurs fois pour obtenir plus de précision et disposer d’un transmetteur plus puissant.
Ce radiotélescope a été utilisé notamment par l’armée à des fins de renseignement durant la guerre (pour localiser des radars soviétiques). En 1974, les chercheurs tentent d’envoyer un message vers d’autres mondes situés à 25 000 années-lumière.
Le radiotélescope d’Arecibo est si célèbre qu’il apparaît ou est mentionné au cinéma (dans « James Bond », « Contact », « La Mutante »), dans des séries télé (« X Files ») et même dans des jeux vidéo.

Les grandes découvertes du Radiotélescope d’Arecibo
En avril 1964, le radiotélescope d’Arecibo permet de découvrir que la période de rotation de la planète Mercure n’est pas de 88 mais de 59 jours.
En août 1989, le radiotélescope réalise pour la première une image d’un astéroïde, nommé Castalia.
En 1990, il observe un pulsar (une sorte d’étoile à neutrons) et, plus tard, deux planètes en orbite autour de celui-ci. Ce sont les deux premières planètes jamais observées en dehors du système solaire (des exoplanètes).

Détails du contact

  • Adresse : National Astronomy and Ionosphere Center, PR-625, Arecibo, 00612, Porto Rico
  • GPS : 18.346231, -66.751793
  • Site web: http://www.naic.edu/

Heures d'ouverture

Envoyer à un ami

Obtenir des itinéraires

Soumettre un avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *