The premier destination for premium listings. Submit Your Listing Now »

Atacama Large Millimeter Array (ALMA) 0 5 0 0

Atacama Large Millimeter Array (ALMA)

    • Notation
    • - Pas encore noté
  • 7490Vues
0

Atacama Large Millimeter Array ou le « Vaste Réseau d’Antennes (Sub) Millimétriques de l’Atacama » est un radiotélescope à ondes millimétriques et submillimétriques géant. Il se situe dans le désert d’Atacama, au Chili.

Atacama Large Millimeter Array, le radiotélescope submillimétrique le plus avancé
ALMA est constitué de 66 antennes de diamètres allant de 7 à 12 mètres, écartées de 150 mètres à 16 kilomètres. Il fonctionne en interférométrie, soit par un réseau d’antennes formant ensemble un grand radiotélescope. Situé en haute altitude, il offre les meilleures conditions d’observation possible. Il s’agit du radiotélescope haute résolution le plus performant pour observer les nuages moléculaires où naissent les étoiles qui sont observables en ondes millimétriques et submillimétriques. Sa longueur d’onde d’observation va de 80 à 600 GHz (longueur d’onde supérieure à celle de la lumière visible). ALMA permet d’observer le processus de formation des étoiles, des galaxies, des planètes autour de jeunes étoiles, les trous noirs géants et de rechercher des exoplanètes à travers l’Univers.

Construction d’ALMA : trois projets internationaux
À l’origine de la construction d’ALMA : trois projets gérés par les Etats-Unis, l’Europe et le Japon, mis en commun au début des années 2000. La construction est financée conjointement par l’Observatoire européen austral (ESO), l’Observatoire national de radioastronomie (NRAO, États-Unis) et l’Observatoire astronomique national du Japon (NAOJ) pour un total de 1,4 million de dollars. ALMA offre ses premières images dès 2011 et devient complètement opérationnel en 2013. Le choix s’est porté sur la construction d’un réseau d’antennes plutôt qu’un grand radiotélescope. Chaque membre fondateur possède ses antennes spécifiques mais dont les données sont exploitables ensemble.

Atacama Large Millimeter Array et ses découvertes
En 2011, ALMA permet d’observer deux galaxies en collision à 70 millions d’années-lumière de la Terre, dans la constellation du Corbeau.
En avril 2012, les équipes d’ALMA découvrent que les planètes orbitant autour de l’étoile Fomalhaut (à 25 années-lumière) sont beaucoup plus petites que les précédentes observations ne le laissaient croire. Les chercheurs définissent la masse et l’orbite de ces planètes. Ainsi on sait qu’elles sont petites, car dans le cas contraire, elles détruiraient l’anneau dans lequel elles se situent. On a pu les observer uniquement grâce aux ondes radio (à la différence des infrarouges qui ne le permettaient pas).
En octobre 2012, on observe une étrange spirale autour d’une vieille étoile, R Sculptoris (une géante rouge), phénomène jamais vu jusqu’alors et probablement dû à une étoile compagne dissimulée. En janvier 2013, ALMA observe un moment clé de la formation des étoiles, qui s’accompagne de grands écoulements de gaz dans un espace vide autour de l’étoile.
En mars 2013, on détecte dans deux galaxies la présence d’eau la plus lointaine jamais détectée.

Détails du contact

Heures d'ouverture

Envoyer à un ami

Obtenir des itinéraires

Soumettre un avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *